Conception Interview

7eme axe robot : Interview avec Erik Pourtau de Sysaxes

Pourquoi mettre en place un 7eme axe robot ?

Vos flux d’actualités regorgent de sujets liés à la robotique. Il en est cependant un qui n’est pas abordé souvent et dont l’implémentation n’est pas si évidente. Il s’agit de la mise en place d’un 7eme axe pour un bras robot 6 axes. Afin de parler de ce sujet je vous propose aujourd’hui un entretien avec Erik Pourtau cogérant de la société Sysaxes.

Portait de Erik Pourtau

Erik Pourtau est ingénieur diplômé de l’ENIM, Ecole Nationale d’Ingénieurs de Metz en 1999. Et depuis, il a toujours travaillé dans la robotique que ce soit coté intégrateur, coté utilisateur et maintenant coté fournisseur de solutions cobotiques. Il cogère la société Sysaxes, basée à Etupes dans le Doubs.

 

Pouvez-vous nous expliquer ce qui intéresse vos clients dans la robotique ?

En effet depuis 10 ans nous avons vu l’évolution du marché. Illustration avec un robot UR3Il y a 10 ans nous ne propositions qu’un seul modèle de robot, l’UR 5 et Universal Robot a vraiment changé l’approche de la robotique. Aujourd’hui nos clients attendent une solution complète. Pour cela il faut équiper le robot pour répondre aux applications dans leur globalité.

Le métier du client est de produire et non de prendre du temps à chercher les accessoires, les intégrer les mettre en route. Il faut donc proposer sur le marché des accessoires qui soient le maximum plug and work possible. L’intégration et la mise en route ne doivent plus poser de question.

Le parallèle avec le smartphone est bienvenu. Aujourd’hui lorsque l’on a un besoin, on recherche l’application qui convient, on la sélectionne et on l’utilise. On sait qu’elle va fonctionner, qu’elle va être intégrée avec les autres et qu’elle va être parfaitement intégrée dans notre smartphone. Les clients sont dans cette attente aussi de la part des solutions robotiques.

L’intégration et la mise en route ne doivent plus poser de question.

On en entend parler de 7eme axe robot, on voit des communications à ce sujet, mais quel est l’intérêt ?

On a détecté un vrai besoin de la part de nos clients pour intégrer des 7èmes axes. Il y a plusieurs cas d’usage pour lesquels c’est intéressant. Le premier exemple est l’utilisation d’un seul robot pour gérer deux machines distinctes. Cela permet de diminuer les phases d’attente pendant lesquelles le robot est inutilisé. Un seul robot va pouvoir couvrir un environnement plus étendu. Si le Cobot a des phases d’attente sur une machine cela permet à l’utilisateur de rentabiliser son robot en investissant sur un axe supplémentaire. Nous sommes là pour aider les clients à calculer le retour sur investissement entre deux robots avec phases d’attente, ou un robot et un 7eme axe utilisés en permanence.

Utiliser un seul robot pour gérer deux machines

&

Augmenter la portée du robot

Quelles solutions existent aujourd’hui sur le marché ?

Il existe différentes solutions pour effectuer un 7eme axe robot. Les exigences de nos clients nous ont fait mettre un accent important sur le niveau de fiabilité, la durée de vie et la robustesse. C’est pourquoi nous avons développé notre solution Flexitrack qui permet d’avoir ce déport automatique du robot en gardant la spécificité des Robots UR, qui est d’avoir un ensemble plug and work.

Nous souhaitons aussi conserver la simplicité d’utilisation dans la mise en place de ce 7eme axe. Nous avons donc apporté notre compétence en développement logiciel pour créer cette solution avec un plugin UR cap qui permet à l’utilisateur de tout programmer depuis la même interface. De cette manière l’utilisation est très intuitive, sur le même écran on peut donc programmer les mouvements du robot et piloter entièrement l’axe. Aucune interface supplémentaire n’est requise. La baie robot commande directement le contrôleur de mouvement de l’axe électrique. Cela devient donc un ensemble plug and play pour faire une application complète.

Pnneau de contrôle de l'UR et du flexitrack montrant la simplicité de configuration

Est il possible pour un client intéressé de tester cette technologie.

Oui bien sûr, nous avons créé un showroom qui permettra de tester les différentes accessoires et technologies présentes sur les Robots UR et donc évidemment ce 7eme axe Flexitrack.

De toute façon la demande du terrain c’est rapidité de mise en œuvre et flexibilité quels que soit les cas d’usages pour les applications actuelles mais aussi les applications à venir !

Le plan de relance de l’industrie va permettre à de nouveaux acteurs d’implanter des robots dans leur usines. Quelles types de compétences doivent être mise en place au sein de l’usine pour pouvoir être en mesure d’être opérationnel en interne avec les robots ?

En général les métiers, le client les a déjà. Ses opérateurs ont un savoir-faire. C’est à nous de coller à ce savoir-faire et d’accompagner les gens qui ont le métier dans les mains. Nous leur donnons les bons outils pour qu’ils puissent plus facilement transmettre ce savoir. On remarque que la question de la transmission du savoir est un problème dans les entreprises. Des personnes partent à la retraite alors qu’ells ont un grand savoir-faire. Donc notre rôle c’est d’aider les entreprises à maîtriser ce savoir en mettant un peu de technologie au service des opérateurs. Le métier c’est eux qui l’ont et nous venons avec des solutions conviviales, comme le 7eme axe robot, pour pouvoir automatiser de manière rentable avec un retours un investissement rapide afin de pouvoir se concentrer sur les tâches métier.

LA connaissance du métier est chez nos clients !!

Qu’est-ce que signifie la notion d’industrie 4.0 pour vous ?

L’industrie 4.0 est aujourd’hui un terme très la mode. Il convient d’essayer de comprendre ce qui se cache derrière. Je comprends cela comme une industrie nouvelle où l’on casse les codes, on change les repères. On parle de 5G, de flexibilité d’IoT. L’industrie change.

Les clients ne souhaitent plus programmer des robots sur de vieilles interfaces, ils veulent la même relation qu’ils ont avec leur iPad. Tout a changé notamment la génération des personnes qui font l’industrie aujourd’hui, et avec lesquelles nous sommes en contact. Les jeunes ont été formés aux nouvelles technologies depuis tout petits. Le 4.0 vient répondre à cela. Ce que l’on voit dans notre vie au quotidien en tant que consommateur, comme les smartphones, qui ont remplacés tellement d’objets. On voit la même chose dans l’industrie, il faut coller aux nouvelles technologies. Il faut savoir se remettre en cause. Tous les jours apparaissent des nouveautés qui peuvent renverser nos habitudes. Le 4.0 pour moi ça recouvre tous cela. L’industrie bouge tout le temps.

On entend parler de l’industrie 4.0 au sujet de la data, de l’intelligence artificielle, et donc pour vous cela regroupe aussi notre rapport avec les objets technologiques, les interfaces, tactiles intelligentes, simples, comme pour notre frigo, on retrouve cela dans l’industrie 4.0 ?

Oui il faut que tout aille vite, on ne peut programmer comme il y a 20 ans et vouloir changer tout d’un coup d’application. Il faut coller au marché. Tout va vite, tout change tout le temps et il faut les outils adaptés pour suivre ces évolutions. Le mot clef c’est la flexibilité pour pouvoir coller à un nouveau produit, un nouveau projet, une nouvelle demande client. Les clients de nos clients sont exigeants donc nous devons pouvoir répondre à cette exigence. L’industrie 4.0 doit apporter la clef pour atteindre cela.

La 5G fait moins la une des journaux, les fréquences ont été attribuées, on commence à voir les offres des opérateurs qui apparaissent. Qu’est-ce que vous pensez des applications de la 5G, d’un point de vue industriel.

Ce serait déjà bien que l’on ait la 4G dans l’industrie. Et clairement lorsque l’on parle dans les usines d’accès à distance, on sent que ce qui va nous gêner ce n’est pas le débit. En premier lieu c’est la sécurité que l’on pourra ou non garantir. Donc pour moi la 5G n’a pas d’applications immédiates dans l’industrie. Elle est plutôt adaptée pour les voitures connectées, ce genre d’applications. On est encore très loin d’avoir besoin de la 5G pour piloter un robot à distance par exemple. On n’a pas encore le besoin de cette techno. La question de l’accès aux données chez nos clients est un sujet très sensible.

Que diriez-vous à un jeune en école et qui souhaiterait bosser dans la robotique, intégrer du 7eme axe robot par exemple ?

Déjà de postuler chez Sysaxes car on besoin de ressources ! La robotique est un marché en pleine expansion, c’est un marché très intéressant car on touche vraiment à n’importe quelles applications. Nous ne sommes plus dans la robotique traditionnelle où l’on ne mettait des robots que dans l’automobile. Bien sûr l’automobile reste un domaine phare, mais on touche aussi des clients très différents, comme l’agroalimentaire, le cinéma, la télévision, l’éducation, on est dans une multitude d’industries que l’on n’aurait jamais connue sans la cobotique et sans Universal Robots. Donc pour un jeune diplômé, la cobotique est un domaine vraiment passionnant.

postulez chez Sysaxes !!

Et est ce qu’il y a une réflexion à avoir, pour les étudiants, sur les choix dans leurs études. S’ils souhaitent se diriger vers ces métiers ? Est ce qu’il y a des matières, des sujets importants à coté desquels ne pas passer ?

La robotique c’est un domaine assez complet. Par exemple, lorsque l’on parle du 7eme axe Flexitrack, il y a la mécanique, bien sûr, il y a de l’informatique, de la robotique, mais aussi l’aspect formation ! C’est un ensemble de technologies. Parfois de l’hydraulique, de la pneumatique. Je ne sais pas s’il y a d’autres domaines dans lesquels on touche à autant de matières différentes. Sans parler des applications de nos clients. On va faire du ponçage d’éléments en bois ou manipuler des matières radioactives. Je ne sais pas s’il y a une filière qui prépare à tous ces métiers-là. Il faut surtout être très curieux et très motivé pour apprendre. Grâce à ce genre de techno on entre tous les jours dans de nouvelles usines et l’on découvre des applications complètement différentes.

Est-ce que vous pourriez citer un livre ou une œuvre qui a été déterminante dans votre métier aujourd’hui.

L’un des derniers livres que j’ai lu est la biographie de Steve Jobs. Il a beaucoup de bons cotés et de cotés plus critiquables, mais il a eu cette volonté de changer complètement le monde. Et il a créé avec ses collaborateurs des produits complètement incroyables ! Il a vraiment bouleversé les usages des objets technologiques. A son échelle, Universal Robot a créé un monde complètement nouveau. Il y a 12 ans la cobotique n’existait pas. Nous avons eu la chance de pouvoir suivre cette vague et on ne le regrette pas car c’est un business très intéressant et c’est aussi un domaine passionnant ! On apporte des solutions à des gens qui n’en avaient pas avec les technologies de robots auparavant !

Nous vous conseillons

Entrepreneurs, pourquoi travailler avec une junior entreprise ?

Arthur

Agroalimentaire : Comment garantir la sûreté de votre production ?

Camille

Comment dimensionner un vérin rotatif ?

Frédéric

Introduction au Design Thinking, les cinq étapes clef en détail.

Arthur

Laisser un commentaire