Industrie 4.0

5 bonnes raisons de choisir IO-Link, un standard de communication innovant !

IO-Link knows what's going on !
Avec IO-Link,  tout est sous contrôle !

 

IO-Link, c’est quoi ?

IO-Link, c’est le standard de communication à la base de la pyramide de l’automatisme. Parce que si on regarde bien, on trouve déjà les bus de terrain Ethernet industriels sur les machines. Mais ces réseaux assurent la communication entre l’automate et les servo-contrôleurs de moteurs, les interfaces Homme/Machine ou encore les terminaux d’entrées/sorties. Ce sont des produits assez complexes avec de nombreuses fonctionnalités qui nécessitent d’échanger un grand volume de données à très haute vitesse, proche du temps réel. Mais ces réseaux Ethernet n’amènent pas la communication numérique jusqu’à chaque capteur, chaque actionneur. Et c’est là que IO-Link a toute sa place : bus de terrain opérationnel, pour les composants dans la machine.

Du coup, avec IO-Link, on prolonge la communication de l’automate jusqu’aux différents capteurs (pression, débit, couleur, ultrasons…), aux actionneurs (vannes proportionnelles, moteurs pas à pas, électrovannes)… Tous ces produits, via des passerelles IO-Link vers les différents réseaux Ethernet industriels, peuvent donc remonter leurs données jusqu’à l’automate central.

En intégrant IO-Link sur les machines, on profite de nombreux avantages, qu’on soit fabricant de machines ou utilisateur de la machine.

Voici 5 bonnes raisons de choisir IO-Link comme standard de communication sur sa machine.

  1. Le câblage simplifié 

Des entrées / sorties, sur une machine , on en câble de plus en plus. Et selon le composant, on se retrouve avec des connecteurs M5, du M8, du M12, à 3 fils ou 4 fils, voire plus, avec logique de commutation en PNP ou en NPN, des signaux analogiques en 4…20 mA, 1…5 V ou encore 0…10V. Ça signifie que chaque type de composant propose un signal différent, et un câblage différent. Avec le bus de terrain IO-Link, le câblage est standardisé quel que soit le type de composant.

Les maitres IO-Link, qui assurent la fonction de passerelle entre les composants IO-Link et les réseaux Ethernet de niveau supérieur, diosposent de connecteurs M12. Chaque connecteur M12 assure la communication en IO-Link avec 3 fils non blindés. C’est le connecteur M12 de type A. Pour les actionneurs, on rajoute 2 fils supplémentaires afin d’apporter de la puissance. C’est le cas des terminaux de distributeurs, nécessitant un connecteur M12 de type B.

  1. Le paramétrage à distance

Les capteurs et les actionneurs proposent aujourd’hui de plus en plus de fonctionnalités : paramétrage de seuils, mise à l’échelle, affichage avec des couleurs différentes… Pour bénéficier de ces fonctionnalités, il fallait jusqu’à maintenant intervenir manuellement sur le capteur et paramétrer les différentes fonctionnalités en appuyant sur des petits boutons souvent fragiles. Avec IO-Link, plus besoin de tripatouiller ces boutons ! Les différents paramétrages sont réalisés à distance et envoyés dans le capteur ou l’actionneur. A chaque paramétrage, on gagne du temps. Et le gain de temps est encore plus important quand on a beaucoup de composants avec le même réglage ! En effet, On peut dupliquer et copier les paramètres dans plusieurs composants simultanément en quelques clics.

  1. Le remplacement à chaud

C’est la conséquence du point précédent : On peut facilement dupliquer les paramètres. Ils sont facilement envoyés d’un capteur à un autre. Les paramètres peuvent même être sauvegardés dans le maître IO-Link. Ainsi en cas de remplacement d’un composant IO-Link par un autre, les paramètres sont instantanément rechargés dans le nouveau composant. Ce dernier est tout de suite prêt à reprendre la production sans aucune opération de paramétrage.

  1. Le diagnostic avancé

Avec IO-Link, la communication numérique permet de faire passer de nombreuses informations. En plus des données de process et du paramétrage, la communication par IO-Link permet aussi la remontée de données de diagnostic. Ainsi pour un capteur, on dispose par exemple d’informations sur son état, ses éventuelles dérives, le tout sans avoir à arrêter la machine.

  1. La remontée de données

C’est la porte d’entrée dans l’Industrie 4.0 ! Tout le monde veut des données sur sa production, y accéder facilement. Mais les données viennent du terrain ! Avec IO-Link et sa communication numérique, on a la possibilité de remonter les données à l’automate pour le traitement. Mais aussi, via un système d’IOT gateway, à un cloud pour du stockage et de la supervision à long terme. Ainsi on peut contrôler à tout moment le bon fonctionnement de la machine, et planifier de façon optimale les différentes opérations de maintenance. Tout cela en évitant au maximum les arrêts intempestifs.

IO-Link ne vient pas remplacer les bus de terrains déjà présents sur la machine. Il assure le prolongement de la communication, de l’automate jusqu’aux composants d’automatismes. IO-Link est la solution à la base de l’Industrie 4.0.

Plus d’infos sur io-link.fr

Nous vous conseillons

Introduction à la machine industrielle numérique. Un guide simple à propos des composants connectés.

Camille

Top 5 des entreprises qui font l’industrie 4.0

Filipa

5 raisons d’adopter l’industrie 4.0

Camille

Vous serez piratés ! Le risque informatique industriel

Arthur

Laisser un commentaire