Maintenance Technologie

Air comprimé : faut-il encore le lubrifier ?

Faut-il lubrifier l’air comprimé ? Voici une question qui revient souvent ! Historiquement, le lubrificateur a toujours fait partie des lignes de conditionnement d’air comprimé. La preuve : On appelle souvent ces lignes des unités FRL, pour Filtre – Régulateur – Lubrificateur. Cela veut bien dire que la lubrification a été pendant de nombreuses années aussi importante que la filtration et la régulation de pression.

Pourquoi conditionner l’air comprimé ?

Revenons sur la nécessité de conditionner l’air comprimé :

Le compresseur qui se charge de comprimer l’air laisse parfois partir dans le réseau d’air de l’huile et des poussières, voire de l’eau provenant de l’humidité de l’air ambiant. Avant d’envoyer cet air là dans les machines, il faut le conditionner : les poussières détériorent les joints, l’eau fait rouiller les aciers, et l’huile peut boucher certaines parties pneumatiques sensibles dans les distributeurs.

Les blocs FRL servent justement à ça. La première fonction, c’est la filtration de l’air. Cette étape sert à retenir dans un filtre les particules de poussières les plus grosses. Dans la plupart des cas, une filtration à 40µm suffit, quoique certains constructeurs, comme SMC, recommandent une filtration à 5µm. Pour les milieux de l’électronique ou de l’alimentaire, la filtration doit être plus fine. Il faut parfois filtrer à 1µm, voir 0,01µm pour obtenir un air propre.

On retrouve ensuite la fonction de régulation de pression. Pour cela, un manodétendeur permet d’abaisser et de maintenir stable la pression envoyée dans les équipements pneumatiques. La pression recommandée est généralement aux alentours de 6 bars.

On associe généralement à ces filtres d’autres fonctions. Comme par exemple une vanne de coupure manuelle. Idéale pour l’opérateur qui intervient en maintenance. Ou encore une coupure électrique, qui sert à couper l’arrivée d’air comprimé lorsque l’opérateur appuie sur un bouton d’arrêt d’urgence.

Et le lubrificateur ?

Reste le cas du lubrificateur. Pendant des années, le lubrificateur a toujours été monté d’office sur les lignes de conditionnement d’air. Comme son nom l’indique le lubrificateur sert à lubrifier ! Pour cela il injecte dans l’air un brouillard d’huile qui se diffuse dans le réseau, jusqu’aux actionneurs pneumatiques. Le principe de fonctionnement est en général le même pour tous les lubrificateurs : l’effet venturi. La différence de pression (Δp) entre la pression en amont de l’étranglement et la pression dans la partie étranglée est utilisée pour aspirer l’huile et la mélanger à l’air.,Lubrifier l'air comprimé

Principe du lubrificateurLa lubrification des actionneurs permet de limiter les frottements et ainsi leur usure. Pour s’adapter au mieux au nombre d’actionneurs sur la machine, il est possible de régler la quantité d’huile dans un mètre cube d’air.

Et aujourd’hui, faut-il lubrifier l’air comprimé ?

Aujourd’hui, les graisses de vérin ont évolué : Le graissage d’usine sur un vérin pneumatique peut durer des milliers de kilomètres, sans avoir besoin de lubrifier. Du coup, la lubrification est devenue dans la plupart des cas inutile. Il est même déconseillé de lubrifier ses installations aujourd’hui. Car une fois que l’on a commencé à lubrifier l’installation, alors il est nécessaire de la maintenir lubrifiée de façon permanente.

Certaines applications ne doivent d’ailleurs jamais être huilées : En particulier les fonctions de régulation de pression, les applications dans le domaine alimentaire et dans le domaine de la peinture, et enfin les soufflettes, les buses de soufflage.

A contrario, certaines applications bien spécifiques nécessitent une lubrification : Par exemple, les applications de mouvement à très haute fréquence, ou encore les outillages pneumatiques : les moteurs, les perceuses, les visseuses, les meuleuses…

Finalement, la lubrification, bien qu’intégré d’office sur les blocs FRL (Filtre-Régulateur-Lubrificateur), est devenue obsolète dans la plupart des applications. A moins d’un besoin particulier, gérer la lubrification d’une ligne est plus une contrainte qu’un avantage. Et si vous pouvez vous en passer, Alors n’hésitez plus !

Nous vous conseillons

5/2, 3/2, 5/3, Comment bien choisir son électrodistributeur ?

Frédéric

Comment amortir la charge sur un vérin pneumatique ?

Frédéric

Raccordement électrique : Quels sont les connecteurs standards ?

Frédéric

Test robot Niryo One : Acculturation et formation pour l’industrie ?

Arthur

Laisser un commentaire